Séglène ROYAL et la chirurgie esthétique

Publié le par Café Bleu

Ségolène Royal aurait subi une opération esthétique

Informations exclusives « Faits et Documents » N°227

On savait déjà que Ségolène Royal s’était largement fait refaire (F&D 220), sans doute durant l’été, les dents, avec au moins un réalignement complet. Ce qui lui permet de dévoiler aujourd’hui, en permanence, un sourire ravageur. Mais les investigations n’ont pas été poussées plus loin alors même que la candidate socialiste à l’élection présidentielle n’a plus la même tête qu’il ya quelques années. Figurant parmi les chirurgiens-dentistes les plus réputés de France, le Dr Alain Amzalag a signé un passionnant article dans Information dentaire (N° 38, 8 novembre 2006) qui n’a évidemment été repris nulle part tant il est gênant. Ce praticien y révèle pour la première fois que Ségolène Royal a subi une (mais sans doute plusieurs) opération lourde visant à esthétiser son visage, ce qui est tout à fait exceptionnel à cet âge, tant l’opération est douloureuse et le changement facial difficile à supporter psychologiquement.

« (Avant) elle présentait une classe II.2, une rétro-alvéole, associée à une rétro-mandibule. En morphopsychologie, des incisives centrales palatino-versées sont synonymes d’introversion. En outre, un menton en retrait accentue les signes d’une personnalité renfermée. Ségolène souriait peu, la plupart des photos en témoignent. En étudiant de près ces images, on découvre que sa rétro-alvéolie avait tendance à affaisser un peu les traits de son visage. Logique, car les dents et les maxillaires en constituent la charpente. »

« Seul un traitement orthodontique était susceptible de ressortir et réaligner les dents antérosupérieures par des ancrages palatins pour assurer une totale discrétion. Une chirurgie orthognathique destinée à avancer le menton a-t-elle ensuite été pratiquée? (RDA : la réponse est évidemment positive comme le montre la suite du texte) Cette intervention constitue la chirurgie de rajeunissement par excellence car elle retend naturellement les tissus (NDA : d’où l’impression d’un sourire permanent, voire forcé, chez Ségolène Royal). L’ensemble de son visage aurait été ainsi redynamisé, l’avancée du menton lui donnant un air plus volontaire et conquérant. Cette réussite ne peut que susciter l’admiration pour les praticiens et la patiente. »

« Le remodelage d’un sourire s’inscrit souvent dans une dynamique de développement personnel de changement et de reconstruction. Comment Ségolène Royal a-t-elle vécu, au plus profond d’elle-même, cette transformation esthétique? [ … ] Son sourire signifiant “je vous aime” semble destiné à redonner la confiance. Sa boutade “je n’ai pas besoin de parler pour faire du bruit”, qui lui a d’ailleurs valu un prix d’humour politique, peut être révélatrice à plus d’un titre. »

« Je m’interroge cependant sur les conséquences psychologiques de cette métamorphose car il semble que Ségolène, bien que paraissant avoir parfaitement intégré ces transformations, soit, parfois, dans un état d’auto-sidération face à l’adhésion massive qu’elle suscite. Cette transformation esthétique va-t-elle être synchrone de son rayonnement intellectuel et de sa capacité à nourrir le débat politique? »

Le journal Minutes de cette semaine a voulu en savoir plus sur cette intervention en interrogeant le docteur Alain Amzalag sur ses déclarations. Pour des raisons juridiques il a préféré décliné l’invitation : « Quand mon article est paru dans « Information Dentaire », je me suis fait taper sur les doigts par l’Ordre National. Alors je préfère en rester là.»

Cette chirurgie faciale lourde s’est également accompagnée d’un changement total de « look » jouant sur des mythes inconscients et des méthodes subliminales (par exemple, port systématique de vêtements clairs ou blancs, de manière à inspirer l’idée de pureté) comme nous l’avions déjà indiqué (F&D•218). Dans ce travail, elle a été notamment conseillée par Christophe Girard, maire adjoint à la Culture de Paris, qui fut secrétaire général d’Yves-Saint-Laurent Couture puis directeur de la stratégie de LVMH , l’objectif étant certainement d’atteindre l’état d’« icône », tant dans l’habillement que la gestuelle (très peu de mouvements des mains, jambes jamais croisées, apparition seule sur scène, etc.) en intégrant à la fois les personnages de Lady Diana Spencer et de Jackie Kennedy. Il suffit de regarder des photos de la femme du président des Etats-Unis pour constater que la garde-robe de celle qui figure aujourd’hui parmi les femmes les plus sexys et les mieux habillées du monde s’en inspire directement.

Publié dans Inattendu

Commenter cet article

ma réduction mammaire en France 20/02/2015 13:40

merci bien pour ce post