sacrifice des gardes suisses

Publié le par Café Bleu

Pétition pour la reconnaissance du
sacrifice des gardes suisses
 
 
Le 10 août 1792, le Roi Louis XVI est avec sa famille au palais des tuileries, défendu par 1100 gardes suisses et quelques-uns des gardes nationaux et gendarmes restés fidèles au Roi. Danton, qui veut en découdre avec ce monarque qui refuse de signer certain décrets, mobilise environ 17000 hommes et les envoies aux tuileries.
Alors que les gardes suisses viennent de surmonter victorieusement le premier assaut, Louis XVI leur donne l’ordre de cesser le feu et de regagner leur caserne à Courbevoie. En chemin, ils sont massacrés, assassinés par les assaillants du palais, puis atrocement mutilés par une foule en folie.
630 gardes meurent ainsi, et 156 sont faits prisonniers. Sans défense, ils seront à leur tour assassinés puis mutilés dans leur prison lors des massacres du 2 septembre 1792. Leurs corps seront jetés dans un vaste charnier, à l’endroit où Louis XVIII fit construire la Chapelle Expiatoire.
C’est une simple goutte de sang, puisque la révolution française fera entre 600000 et 800000 victimes. Mais l’heure de toutes les repentances, du débat sur la colonisation au refus de célébrer le bicentenaire de la victoire d’Austerlitz, est peut-être aussi celle d’assumer entièrement notre passé.
En témoignage de reconnaissance et d’amitié au peuple suisse, les signataires demandent que la plaque à la mémoire des gardes suisses, dévoilé en France par le président de la confédération helvétique, M. Samuel SCHMID, le 18 novembre 2005, actuellement conservée aux invalides et portant l’inscription suivante :
 
« INVICTIS PAX-PER VITAM FORTES,
SUB INIQUA MORTE FIDELE »
A le loyauté et au courage des Suisses
En l’honneur de tous ceux
qui ont vaillamment combattu
et se sont sacrifiés pour rester fidèles
à leur serment
lors des journées des 10 août,
2 et 3 septembre 1792
Sont tombés en combattant avec vaillance
Et reposent en ce lieu :
26 officiers, environ 760 soldats
Ont survécu grâce à l’habilité de leurs amis
16 officiers, environ 350 soldats »
 
soit transférée à la Chapelle Expiatoire, construite sur le lieu du charnier qui recueillit leurs dépouilles et y soit fixée, signe du devoir de mémoire de notre pays.
 
 
Les signatures sont à envoyer à :
« Pétition Gardes Suisses »
cedex 62-21250 Corberon
ou par courriel à :
Il y a à ce jour 1500 signataires parmi lesquels les écrivains et historiens Jean Raspail, François Bluche, Ghisain de Diesbach, Florence de Baudus, Michel Déon, de l'Académie française, Jean-Christian Petitfils, Hervé Pinoteau, Jean Sévillia, Lady Antonia Fraser, Reynald Secher. On y trouve des élus, des journalistes, des enseignants, notement de nombreux historiens et juristes, des militaires d'active et de réserve, des anciens de la Garde Suisse pontificale et de nombreux descendants des familles de Gardes suisses.
Des autorités sont contactées : la mairie de Lucerne, la Fondation pour l'histoire des suisses dans le monde, le commandant de la Garde suisse pontificale, l'ambassade de Suisse en France, la Nonciature apostolique, le maire de Paris, le maire du 8e arrondissement de Paris où se trouve la chapelle expiatoire, le général Bresse, directeur du musée des Invalides, le directeur des affaires culturelles d'Iles de France.
Jean-Christophe VALLET, l'instigateur de cette pétition, a décidé de créer une association culturelle à la mémoire des serviteurs suisses qui ont longtemps lutté à nos côtés, sur tant de champs de batailles, de ces soldats républicains et bien souvent protestants.
Cette association portera l'affaire, s'il le faut, devant la Communauté européenne.

Publié dans Pétitions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article