Baisse de votre retraite, AVEC SAUVEGARDE RETRAITES, REAGISSEZ !

Publié le par Café Bleu

Combien vous restera-t-il quand vous aurez fini de payer tous les privilèges des retraités du public ?

Malgré la réforme FILLON, les retraites des fonctionnaires et autres régimes spéciaux (EDF-GDF, SNCF, RATP, etc.) restent extrêmement privilégiés par rapport à celles des autres Français :

Salariés du privé Fonctionnaires EDF-GDF SNCF RATP
Durée de cotisation 40 ans jusqu'en 2008, 41 ans en 2012 39,5 ans en 2007, 40 ans en 2008 37,5 ans 37,5 37,5
Age moyen de départ à la retraite 61,3 ans 57,6 ans 55,4 ans 54,6 ans 54,8 ans
Taux de cotisation employé 10,35 % à 10,55 % du salaire 7,85 % du traitement et d'une fraction des primes 12,13 % du salaire hors prime 7,85 % du salaire hors prime 7,85 % du salaire hors prime
Base de calcul 25 meilleures années en 2008 6 derniers mois dernier mois 6 derniers mois 6 derniers mois
Revalorisation Evolution des prix (depuis 1993) Evolution des prix (depuis 2004) Evolution des salaires dans l'entreprise Evolution des salaires dans l'entreprise Evolution des salaires dans l'entreprise
Décote par année manquante 10 % en 2005, 6 % en 2015 0,6 % en 2006, 3 % en 2012, 6% en 2015 sans sans sans
Durée moyenne de la retraite 17,7 ans 22,3 ans 23,9 ans 26,4 ans 24,8 ans
Réversion Sous conditions de ressources Aucune condition de ressources Aucune condition de ressources Aucune condition de ressources Aucune condition de ressources

Et, pour l'essentiel, ce sont les actifs et retraités du privé qui payent ces avantages :

- Le coût des retraites des fonctionnaires explose littéralement (+28 % en seulement 4 ans)

- Plus de la moitié des retraites des régimes spéciaux sont financées par nos impôts et par les caisses du privé

Et cela, alors même que les retraites du privé sont bien moins avantageuses et que la principale caisse (CNAV) est dans le rouge

Ne laissons pas les syndicats des régimes spéciaux seuls face au gouvernement

AVEC SAUVEGARDE RETRAITES, REAGISSEZ !

www.sauvegarde-retraites.org

Commenter cet article